Comment un artisan calcule-t-il ses prix?

Liste des prix 2017 de l'Emballage qui Voyage avec crayon, bic et marqueur.
On travaille!

Si vous avez des interrogations concernant les tarifs pratiqués par l'Emballage qui Voyage, ou par d'autres artisans, bienvenue!

 

Prenons le problème du point de vue de l'artisan. Lorsqu'il cherche à quel prix vendre sa création, il doit commencer par lister tout ceci:

- le prix de ses matières premières: tissu, fil de la machine à coudre, fil pour la surjeteuse, étiquette,...

- le prix de son matériel: ciseaux, machine à coudre, surjeteuse, fer à repasser,...

- le prix de ses charges en rapport avec vos créations: l'électricité,...

- le prix des déplacements nécessaires à son activité (aller chercher le tissu avec sa voiture ou avec un ticket de bus).

- le prix de son site internet, de son paquet de flyers, de ses cartes de visite, du compte bancaire pro et de la rame de papier qu'il met dans son imprimante.

- le prix de son temps de travail, autrement dit: le tarif horaire qu'il souhaite demander, multiplié par le temps passé pour fabriquer sa création.

 

Toutes les dépenses en rapport avec ses créations doivent ainsi être reprises. Comptabiliser tout cela est le seul moyen pour faire perdurer et évoluer une entreprise artisanale. Cela empêche de pratiquer des prix déloyaux (par méconnaissance des notions de base en gestion le plus souvent ou par absence de déclaration pour d'autres). Ces calculs sont nécessaires pour faire perdurer la créativité belge.

 

Une fois qu'il a calculé cela, il doit compter une marge supplémentaire qui sert à payer la commission pour Paypal lors d'un achat en ligne, les frais de port gratuits à partir d'un certain montant, à permettre de faire une promotion de temps à autre ou de vendre à moindre coût à un professionnel qui exposera ses créations dans son magasin et qui doit, lui aussi, faire un bénéfice sur la vente sans pour autant vendre plus cher que lui (ou du moins, pas trop!). Le surplus résiduel de la marge (s'il y en a!) sert à faire des économies pour l'entreprise pour racheter du matériel en fin de vie ou tout autre investissement. 

 

Après avoir ajouté cette marge, il faut encore rajouter la TVA (21%), les lois sociales (20,5% du bénéfice net d'impôts) et les impôts.

 

Pour ceux qui aiment les chiffres, imaginons un article à 20€:

- sur ces 20€, 21/121 constituent la TVA qui ne nous appartient pas (3,47€ dans ce cas-ci)

- Sur les 16,53€ qu'il reste, il est conseillé de compter 30% de marge, qui couvrent tout ce qui est expliqué plus haut. Cela revient à 4,96€. Ils ne servent pas à vous payer! Au mieux ils servent à faire un bas de laine à l'entreprise pour le prochain investissement. Mais le plus souvent cette somme sert de tampon pour faire une promotion, offrir les frais de port et payer les commissions Paypal.

- Sur les 11,57€ restants, environ 4€ sont alloués à l'achat des matières premières, il reste environ 7,57€

- On enlève encore 2,50€ de charges, compte en banque, matériel, site internet. Il reste environ 5€...

 

Sur le bénéfice, c'est-à-dire les 5€ résiduels + ce qu'il reste de la marge, 20,5% sont encore alloués aux cotisations sociales. Si les 4,96€ de marge n'ont pas servi, cela fait 2,05€ de cotisations sociales. Ces cotisations sociales sont payées par l'employeur si vous êtes salarié.

 

Au final, il reste 8€ qui reprennent la marge et le "salaire". Cette somme sera encore imposée par la suite selon le barème en vigueur, c'est-à-dire entre 30 et 50%. Dans le meilleur des cas, il reste 5,60€ et dans la configuration la plus défavorable il reste... 2€ !

 

Comme vous constaterez, l'artisan ne met pas 20€ dans sa poche quand il vend un produit à 20€. S'il ne se fait pas un peu violence pour demander un prix correct, il travaille bénévolement, voire à perte... Ces prix, qui peuvent sembler élevés en regard de ce qui est habituellement demandé, sont la condition sine qua non pour obtenir des conditions salariales décentes.

 

Les prix pratiqués ici ne sont pas comparables avec ceux des confections faites à la chaîne dans une usine asiatique. Les Emballages qui Voyagent sont fabriqués en Belgique par une personne déclarée, qui paye ses taxes, ses cotisations sociales et ses impôts... En Belgique! J'ai à cœur de rétablir le juste prix des choses car c'est uniquement de cette façon qu'on pourra revaloriser le travail local. 

 

En ce qui me concerne, j'ai appliqué une marge bien inférieure à ce qui est recommandé par les lois du marketing (les minimum 30%). Ceci est une stratégie qui est appliquée par plusieurs entreprises qui cherchent à relocaliser le travail en Europe de l'Ouest et qui font leur possible pour ne pas réserver leurs produits à une clientèle très aisée. De cette manière les prix sont justes et ne sont pas gonflés artificiellement. Cela n'est pas sans conséquence puisque cela nous empêche de faire de grosses promotions et autres artifices de diminution de prix.

 

Le but des Emballages qui Voyagent n'est pas d'en acheter tout plein et d'en faire un énorme stock. Dans une idée de sobritété - heureuse et volontaire -  le but est de les faire tourner et de les réutiliser. Nul besoin de faire de grosses dépenses!

 

Je voudrais préciser une dernière chose: loin de moi l'idée d'incriminer les cotisations sociales et les impôts dans ce témoignage.  Tout cela est nécessaire pour faire tourner un pays, ce sont des contributions au bien commun. Cet article n'a que pour unique but de vous expliquer le pourquoi du comment. 

 

Pour éviter que le sujet ne parte "en cacahuète", j'ai verrouillé d'avance les commentaires. Merci de votre compréhension.